Que Faire Après l’Enregistrement et la Production d’un Nouveau Titre ?

Guillaume du blog, nous fais l’honneur d’écrire un article ici sur un sujet passionant.

A toi Guillaume

******

Félicitations à vous ! Vous venez enfin d’en finir avec la production d’un nouveau titre.

Après avoir passé des heures à composer, enregistrer et produire votre son, vous avez entre vos mains une œuvre qui n’attend qu’à être découverte !

Mais le problème qui se pose justement est le suivant : que faire maintenant que l’on en a fini avec la phase de production ?

En effet, on passe ici dans un tout autre univers, celui du marketing et de la promotion musicale, et cela peut se faire dans la douleur…

Mais pas de panique ! Je m’appelle Guillaume, je m’occupe du site MarketingMusical.fr et nous allons justement voir ensemble comment procéder étape par étape.

promotion musicale

Quel est votre objectif avec ce nouveau titre ?

On va tout d’abord partir du principe que votre musique sonne assez pro et qu’elle n’a pas besoin d’être retravaillée, auquel cas je vous invite à découvrir les formations en ligne de Damien.

Il vaut mieux dépenser un peu plus d’argent pour avoir un titre de qualité que d’essayer de promouvoir désespérément un titre à la qualité médiocre.

Cela nuirait à votre carrière et à tous vos efforts.

Ainsi, vous avez maintenant un son qui est propre et prêt à être découvert par tous. Laissez-moi donc vous poser une question : quel est son but ?

Vous y avez peut-être déjà réfléchi, mais si vous êtes passionné(e) par la production musicale, il se peut que vous faisiez cela avant tout par plaisir.

Aujourd’hui nous allons aller un peu plus loin et commencer par définir l’objectif concret de cette nouvelle prod. S’agit-il de :

  • l’ajouter à d’autres titres pour créer un ep, une mixtape ou un album ?
  • la vendre en tant que single ?

En fonction de votre choix, il est évident que vous n’aurez pas les mêmes choses à faire. Dans la première situation, vous devrez en effet attendre d’avoir le nombre nécessaire de titres produits avant de penser à la promotion.

Ainsi, dans cet article, nous allons nous focaliser sur la deuxième alternative : comment diffuser et promouvoir votre titre en tant que single.

Préparation

La date

Le fait est que si vous voulez réussir la sortie de votre titre, vous allez devoir vous y prendre bien en avance. En effet, il va vous falloir beaucoup de temps pour tout mettre en place et réussir votre lancement.

Je sais que cela peut être difficile d’attendre quand on est musicien DIY en home studio, la tentation d’uploader étant très forte.

Malheureusement, si vous sortez prématurément votre nouveau titre, il y a de grandes chances que cela découle sur un échec.

Ainsi, vous devriez prévoir une date de sortie en prenant en compte le fait que vous aurez besoin d’un à trois mois pour mettre en route votre campagne de promotion.

À partir de là, vous pouvez planifier toutes les autres étapes.

Le visuel

Le premier élément dont vous aurez besoin pour promouvoir votre titre, c’est un visuel qui lui soit propre.

Même si vous n’avez pas pour objectif de vendre sur support physique votre single, lui associer une pochette virtuelle vous permettra de mieux vendre votre oeuvre.

Il s’agit de quelque chose de grandement sous-estimé par les musiciens et les groupes, qui se contentent de mettre ça en ligne, sans que les fans puissent découvrir l’univers et le message de la chanson en dehors de l’écoute.

Bien entendu cela demande plus d’efforts et d’investissement, étant donné qu’il est préférable de faire appel à un graphiste professionnel.

Néanmoins, il est fortement recommandé de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour promouvoir votre single, avant d’en sortir un nouveau.

La vidéo

Vous pouvez même aller plus loin, si vous avez le budget adéquat. En effet, à l’ère de Youtube, le clip vidéo est un outil de promotion extrêmement puissant et au fort potentiel viral.

À vrai dire même avec un budget limité, vous pouvez faire de bonnes choses, mais faites attention à ce que cela ne laisse pas une mauvaise impression au final.

Vous pouvez alors publier le clip sur YouTube ou proposer l’exclusivité temporaire à un blog musical dans votre style.

En plus du clip en lui-même, vous pouvez proposer d’autre contenu vidéo comme une lyric vidéo (1 semaine avant la sortie), une version acoustique ou alternative (2 semaines après la sortie) ou encore les coulisses de la production ou du clip (1 semaine après la sortie).

La protection

Sortez couvert et réclamez vos droits en vous affiliant à la Sacem. Avant d’aller plus loin, passez absolument par cette étape clé afin d’éviter les ennuis et les problèmes plus tard.

Diffusion

La vente digitale

Si vous voulez monétiser votre nouvelle production et être présent sur les plus grands sites de musique en ligne (Spotify, iTunes, Amazon, Google Play, Deezer et bien d’autres), utilisez simplement des sites comme Zimbalam, iMusician ou CDBaby, pour diffuser votre musique.

Cela permettra à vos fans comme aux curieux d’acheter ou de streamer votre titre et ainsi de fidéliser un peu plus votre audience.

D’ailleurs, si vous avez votre propre site Web d’artiste, rien ne vous empêche de proposer votre musique directement dans votre boutique en ligne (par exemple via Woocommerce, Sendowl, Gumroad ou Selz).

Également, vous pouvez utiliser des services comme Bandcamp ou Reverbnation pour vendre votre musique, si vous n’avez ni site Web ni distributeur digital.

Donner sa musique

Aujourd’hui, il est plus que jamais nécessaire de donner avant de demander.

Utilisez les grandes plateformes dédiées à la découverte de musique que sont Youtube et Soundcloud, afin d’attirer de nouveaux fans potentiels et de donner à vos fans existants l’envie d’acheter le titre.

Veillez tout de même à optimiser votre référencement (tags et autres) et à intégrer des liens de redirection vers les boutiques de musique en ligne.

Vous pouvez aussi proposer le téléchargement gratuit de votre titre sur votre site web en échange de l’adresse email de l’intéressé.

Cela vous permettra de l’ajouter à votre liste d’email et de le recontacter quand vous souhaitez promouvoir votre actualité.

Le support physique

Presser votre single (avec 1 ou 2 titres en bonus : démos, version alternative ou acoustique, remix, inédit, etc.) vous permettra d’avoir un produit supplémentaire à vendre à vos concerts ou sur votre boutique en ligne.

Toutefois, évitez d’en presser trop si vous ne connaissez pas bien votre audience.

Vous pouvez également essayer de distribuer votre single dans des boutiques de musique locales, même si celles-ci préfèreront certainement un autre format (ep ou album).

Promotion

Maintenant que vous avez tout ça, il est capital d’informer votre audience grâce à votre site Web, votre newsletter et vos profils sur les réseaux sociaux (teasers, annonces, vidéos, etc.).

Les concerts et les festivals peuvent également être une très bonne manière de promouvoir votre nouvelle sortie. En plus de donner un aperçu exclusif à votre audience, vous pourrez observer en temps réel l’avis du public.

Contactez donc des bars, des clubs et des salles de concert en commençant à une petite échelle, si nécessaire.

Si vous sentez que ce titre a du potentiel, vous pouvez essayer d’atteindre de nouvelles communautés en contactant des radios locales et des blogs musicaux ou publiant un communiqué de presse à ce sujet.

Essayez notamment d’obtenir des interviews, des critiques et des mises en avant afin de parler davantage de votre projet musical.

Bien entendu, il y aurait énormément d’autres choses à envisager par rapport à la promotion de votre titre, mais le web, les concerts et les influenceurs sont vraiment les incontournables.

Que faire après ?

Avec la sortie de ce titre, vous créez un momentum propice à la promotion de titres supplémentaires.

Une fois que vous en avez fini avec un premier single, assurez-vous qu’un deuxième peut prendre le relais afin de faire grandir le buzz.

Une fois que vous avez sorti assez de singles, vous pouvez les regrouper au sein d’un ep ou d’un album qui vous donnera d’autant plus de visibilité et d’opportunités.

Néanmoins, prenez le temps d’observer ce qui a marché et ce qui mérite d’être retravaillé, afin que votre prochaine campagne de promotion soit encore meilleure.

Conclusion

J’espère que cet article vous aura donné quelques idées quant à ce qu’il faut faire après avoir fini l’enregistrement et la production d’un nouveau titre.

En appliquant ces conseils, il est certain que chacune de vos productions aura un impact bien plus important sur votre carrière musicale.

Ainsi, ne négligez pas la diffusion et la promotion de vos œuvres, afin de toucher toujours plus de monde et de récompenser comme il se doit votre travail.

Pour plus de conseils sur le marketing musical et la promotion pour les musiciens, groupe et artistes indépendants, je vous invite à me retrouver sur Marketing Musical où je publie régulièrement des articles et des vidéos.

A très vite !

Guillaume

2 thoughts on “Que Faire Après l’Enregistrement et la Production d’un Nouveau Titre ?

  1. Salut Guillaume !
    Bon article, plutôt d’accord avec ce que je lis là, même si on entre pas trop dans les détails -Ca prendrait des heures.
    Par contre un bémol sur la sacem il existe plein de manières de protéger sa musique, type SACD par ex.
    Si on est our débutant la sacem n’est pas nécessairement l’ideal..
    En plus Du ticket d entrée qui se rajoute à la note (130€), il y a la question de savoir si le projet est prêt et mature -ou non- à tourner un tant soit peu. Etre à la sacem implique d déposer ses morceaux et d être dans la dynamique de faire valoir ses maigres droits. Donc faire signer les dans chaque bars où on joue le « programme des œuvres diffusées » en faire de même pour les radios locales…

    Sans passage radio réguliers /nationaux et /ou sans tourner beaucoup, on est vraiment pas prêt de se rembourser.

    La sacem est sans doute un passage obligé – et encore Ca se discute – mais pas dans un premier temps.

    1. Salut Vince et merci pour ton commentaire !
      La Sacem est évidemment la référence, mais il existe bien des alternatives comme tu le dis.
      Les 130€, il faut pas que ça soit de l’argent jeté par la fenêtre, il faut que ça mène à quelque chose. A vrai dire, il y a quelques semaines, je parlais justement avec un responsable local de la Sacem qui me répétait cette nécessité d’avoir un projet abouti avant de souscrire. Il m’avait d’ailleurs conseillé la SNAC (https://www.snac.fr/depot.htm) pour celles et ceux qui veulent quelque chose de plus « léger » que la Sacem.
      Est-ce que le Sacem est adaptée à la majorité des home-studistes ? Dur à dire. Il faut voir ça au cas par cas en fonction de la stratégie du projet.
      Dans tous les cas, je te remercie pour cette précision, il est vrai que j’aurais pu étoffer cette partie haha. Étant donné qu’il s’agit d’un sujet complexe, j’invite les intéressés à bien se documenter avant d’aller plus loin !

Laisser un commentaire